Impact de la crise du Covid-19 sur les porteurs de projets

Données, Covid-19

Tous les acteurs culturels et créatifs européens sont aujourd’hui touchés par la crise sanitaire actuelle et ses conséquences. Le Relais Culture Europe a souhaité proposer une première remontée de l’impact de la crise du COVID-19 sur les opérateurs français soutenus ou souhaitant s’engager aujourd’hui dans le programme Europe Créative. Pour le faire, nous nous sommes appuyés sur des échanges avec les acteurs, des enquêtes menées auprès des opérateurs français bénéficiaires du programme et sur les communications adressées à la Commission européenne par des différents groupements d’acteurs et réseaux européens (Culture Action Europe, etc.). Ces remontées sont autant de données de référence pour les actions à conduire pour soutenir les acteurs dans la poursuite de leur engagement européen, dans ce moment d’urgence et mais aussi à moyen terme. En effet, si l’Agence Exécutive Éducation, Audiovisuel et Culture (EACEA) a déjà réagi en mars et en avril en présentant des recommandation et FAQ adressées aux acteurs touchés, des questions restent en suspens notamment dans la poursuite des projets en cours.

Les données récoltées montrent que de nombreux opérateurs soutenus par le programme Europe Créative rencontrent des difficultés dans la conduite et la gestion de leur projets. Il a été identifié un besoin de flexibilité important pour qu’ils puissent s’adapter. Il s’agit d’un besoin de flexibilité administrative et financière, notamment sur l’éligibilité des dépenses et les règles budgétaires ; sur la durée des projets et les possibilités ou non de redéploiement des activités dans la durée initiale du projet ; ou encore concernant  l’interdépendance de l’évolution de la crise sanitaire et de la mise en œuvre de ces projets (capacité à planifier à nouveaux des activités dans un contexte transnational très incertain, défaillance de partenaires…). D’autre part, les opérateurs, doivent faire face à des pressions économiques imprévues. Dans le cadre de la conduite des projets Europe Créative, il est identifié un besoin en trésorerie (nouveau découpage des échéances des financements Europe Créative) mais également des questionnements autour de l’engagement sur le maintien de la subvention Europe Créative dans sa globalité. Des questionnements autour d’une compensation nationale sont également remontés (mesures compensatoires exceptionnelles au niveau national pour un projet européen).

Par ailleurs, les activités annulées au printemps et en été devrons être reportées ou réinventées par les opérateurs (festivals, workshop…), il est ainsi à craindre une très grande surcharge du calendrier à partir de l’automne 2020 pour les évènements mais également la disponibilité des professionnels.

Les données récoltées montrent aussi une grande réactivité des acteurs souhaitant mobiliser le programme sur les appels 2020 encore ouverts. Suite aux reports des dates de dépôt pour certains appels en avril et en mai, cette mobilisation est en effet restée importante dans le nombre de dépôts même si elle s’est avérée plus compliquée dans de nombreux cas, notamment en raison de la difficulté de former des consortiums dans ce contexte (fragilisation ou retrait d’un ou plusieurs partenaires, difficulté de négociation des projets), de la capacité des acteurs à répondre à la totalité des critères d’éligibilité au regard des bouleversements des secteurs (incapacité à obtenir les engagements nécessaires à la candidature au regard de reports de commissions, arrêts des circuits de signature) ou par la fragilisation des acteurs (humaine, opérationnelle et économique). Ceci d’autant que les structures engagées dans Europe Créative sont majoritairement des TPE ou des PME, représentatives en cela de la diversité de l’écosystème culturel européen.

Les données récoltées montrent enfin une volonté forte de continuer de développer de nouvelles coopérations et de projets au niveau européen. Même s’ils sont inquiets sur la faisabilité des projets en coopération au vu du contexte actuel, les opérateurs sont fortement attachés à la coopération et à la solidarité européenne, et ceci dans des secteurs très différents, nommant ces deux points comme une des conditions de la sortie de crise. Il nous semble donc important de porter une attention particulière à l’effet de la crise actuelle sur la mise en œuvre du programme Europe Créative pour la période 2021-2027, en questionnant la prise en compte des impacts de la crise sur la capacité des acteurs à mobiliser le programme. La poursuite et le renforcement de l’action publique européenne est aujourd’hui d’autant plus essentielle.