Promouvoir en Europe la diversité de l'Europe

Forts de notre savoir-faire, nous présentons un projet avec trois romans qui portent l’ensemble de notre catalogue et vise à nous installer comme un véritable acteur européen et à conquérir de nouveaux publics : en sensibilisant les lecteurs francophones à travers l’Europe à la diversité des communautés et des cultures européennes d’une part, en promouvant la diversité de la littérature européenne auprès des éditeurs et agents européens d’autre part, et, enfin, en conquérant un lectorat plus jeune afin de développer notre audience. Ce projet célèbre une Europe ouverte aux autres, en mouvement.

Les trois œuvres proposées :

- Passamyndir, d’Einar Mar Gudmundsson, traduit de l’islandais par Eric Boury. À travers un voyage initiatique transeuropéen, vécu à la fin des années soixante-dix puis une nouvelle fois dix ans plus tard, le narrateur dessine une carte de l’Europe et de ses cultures: mouvantes, vibrantes, vivantes. L’auteur, Einar Mar Gudmundsson, est sans doute l’un des écrivains islandais les plus primés, traduit en vingt-cinq langues. Il a notamment reçu le Nordic Council Literature Prize, la plus haute distinction décernée à un écrivain des cinq pays nordiques, l’Icelandic Literature Prize, le plus prestigieux prix littéraire d’Islande, et le Swedish Academy Nordic Prize pour l’ensemble de son œuvre. Il est néanmoins presque inconnu en France.

- El testament d’Alcestis, de Miquel de Palol, traduit du catalan par François-Michel Durazzo. Un formidable huis-clos dans la campagne catalane où les protagonistes se prêtent au « jeu de la fragmentation » suite à la mort inexpliquée d’une de leurs amies. À travers ce procédé, les personnages espèrent explorer différentes histoires et en trouver une dans laquelle leur défunte amie apparaîtra pour raconter sa mort. Miquel de Palol, fin connaisseur de la structure du Décameron, profite des cinq journées que dure la partie pour faire surgir de multiples récits : conspirations dans le monde des affaires, conflits psychologiques, intrigues criminelles… et se prête avec brio au mélange des genres : intrigue policière, science fiction ou encore roman d’aventures. El testament d’Alcestis – Prix Mallorca de Narrativa, Prix Nacional de Cultura de Literatura, Prix Critica Serra d’Or – est sans doute le roman le plus abouti de Miquel de Palol.

- Al Jango, d’Abdelaziz Baraka Sakin, traduit de l’arabe (Soudan) par Xavier Luffin. Qui connaît la littérature soudanaise, alors que des centaines de milliers de Soudanais sont arrivés en Europe au cours des dernières années ? Que connaissons-nous de ces nouveaux Européens ? Abdelaziz Baraka Sakin est sans doute l’écrivain soudanais le plus lu en arabe. Il vit en Autriche depuis 2012 mais reste inédit en Europe. Dans Al Jango, il nous plonge au sud-est du Soudan, aux frontières de l’Erythrée et de l’Ethiopie. Dans cette région agricole, tout se mélange : les ethnies, les couples, les alcools, et même les orientations sexuelles. À travers le portrait des Jangos, une communauté de travailleurs agricoles, Abdelaziz Baraka Sakin décrit un pays incroyablement libre et vivant, bien loin des images que nous percevons depuis l’Europe. À l’aide de récits enchâssés qui jamais ne nous font perdre le fil, l’auteur déploie ses talents de conteur et livre un formidable hommage à la liberté. Ce roman lui a valu le Prix Tayeb Saleh en 2010, la plus grande distinction littéraire soudanaise. Un an plus tard, les autorités ont saisi ses livres et l’auteur s’est exilé en Autriche, où il a obtenu l’asile politique.

À travers ces trois œuvres, incarnées par des écrivains emblématiques dans leur pays mais peu connus en France et/ou en Europe, nous proposons trois ambassadeurs de la littérature européenne pour défendre notre projet.

Un projet avec trois objectifs :

- Sensibiliser les lecteurs francophones à travers l’Europe à la diversité des communautés et des cultures européennes. L’objectif est d’inciter les lecteurs francophones, qu’ils soient en France ou ailleurs en Europe, à découvrir la littérature des cultures qui les entourent. En France, évidemment, grâce à nos publications, à la diffusion et à la promotion qui en sera faite. Mais aussi à travers l’Europe, et ce de deux manières : a) Faire voyager nos livres, en lançant des opérations commerciales auprès des grandes librairies françaises internationales où nous avons déjà une présence. Il s’agira également d’assurer une présence des livres français en Islande, aucun distributeur français n’ayant à ce jour réussi à ouvrir un compte commercial dans ce pays. Et de nous assurer une meilleure présence de l’autre côté de la Méditerranée, au Maghreb. A travers ces opérations, notre fond sera présent partout en Europe. Et, avec lui, les sujets sensibles traités par nombre de nos ouvrages, résolument ancrés dans les questionnements actuels : migrants, origine ethnique et croyance, religion, orientation sexuelle. b) Faire voyager nos auteurs, notamment en assurant leur présence lors des plus grands festivals de littérature à travers le continent.

- Promouvoir la diversité de l’Europe auprès des éditeurs européens : ambassadeur > Abdelaziz Baraka Sakin. Abdelaziz Baraka Sakin vit en Europe depuis plusieurs années mais continue à écrire en arabe. Il représente une littérature européenne pourtant inconnue sur notre continent. En tant qu’éditeur français et agent d’un écrivain incarnant la diversité européenne, nous voulons proposer une nouvelle vision de la littérature à nos partenaires internationaux. Derrière la promotion d’Al Jango, et les cessions de droits qui doivent en découler, c’est tout un catalogue d’auteurs issus des diversités ou de langues minoritaires qui est présenté, notamment nos auteurs issus de la francophonie comme Makenzy Orcel, James Noël, Yahia Belaskri, Hubert Haddad, Boubacar Boris Diop. En ce sens, nous voulons interpeller les éditeurs d’Europe pour qu’ils publient eux aussi ces « nouveaux européens ». Par ailleurs, pour bien des auteurs internationaux, une publication en français est souvent une étape pour atteindre d’autres éditeurs, car les lecteurs de l’arabe, de l’islandais ou du catalan sont moins nombreux que les lecteurs du français à travers le monde. Une traduction en français permet aux agents et aux éditeurs de faire circuler le texte et de relancer leurs partenaires internationaux. Notre expérience a d’ailleurs démontré que des auteurs peu ou pas traduits ont bénéficié de nombreuses traductions suite à leur parution remarquée chez Zulma : on citera, par exemple, Audur Ava Olafsdottir (Islande), Benjamin Wood (Royaume Uni), Bergsveinn Birgisson (Islande)… Enfin, lorsque nous rencontrons des confrères étrangers, il est fréquent que ces derniers nous demandent quel est notre dernier succès en littérature étrangère : en effet, nos choix sont souvent une source d’inspiration.

- Toucher un lectorat plus jeune : ambassadeur > Miquel de Palol. El testament d’Alcestis est un livre très érudit qui emprunte beaucoup à la littérature de genre, une littérature largement plébiscitée par un public de jeunes adultes. Ainsi, Miquel de Palol portera notre projet pour nous inscrire davantage auprès de ce lectorat, qui nous connaît peu. Alors que Zulma a publié plusieurs romans lauréats du Grand Prix de l’Imaginaire (LoveStar, de l’islandais Andri Snaer Magnason et L’Autre Rive, de Georges-Olivier Châteaureynaud), les lecteurs de science-fiction et les amateurs d’heroic fantasy ne nous identifient pas, ou peu, car nous ne sommes pas présents dans leurs réseaux. L’objectif, avec le livre de Miquel de Palol, est donc de toucher ces nouveaux lecteurs et de leur faire découvrir toute une partie de notre catalogue à laquelle ils seraient sensibles. Il s’agira également de communiquer spécifiquement auprès des libraires en formation (apprentis) afin de les sensibiliser particulièrement à Zulma et de remettre en avant notre littérature de genre.

Structure porteuse: 
Editions Zulma
Programme: 
Europe Créative
Financement obtenu: 
59.200 euros
Région: 
Ile-de-France
Secteur: 
Industrie